SNCF MIXITÉ est un site de SNCF

Et si l’âge de glace était aussi l’âge de la femme ?

Dans notre imaginaire collectif, les femmes préhistoriques sont soumises, se font tirer les cheveux par des hommes violents et se contentent de cueillir des baies. Des stéréotypes de plus en plus ébranlés… Au milieu du XIXe siècle, les premiers historiens ont sous-estimé le rôle des femmes préhistoriques en interprétant leurs découvertes avec les a priori…

Publié le 15/09/2021 à 9:00

Dans notre imaginaire collectif, les femmes préhistoriques sont soumises, se font tirer les cheveux par des hommes violents et se contentent de cueillir des baies. Des stéréotypes de plus en plus ébranlés…

Au milieu du XIXe siècle, les premiers historiens ont sous-estimé le rôle des femmes préhistoriques en interprétant leurs découvertes avec les a priori de leur époque. Les femmes du paléolithique sont devenues prisonnières de clichés : faibles et soumises à l’homme tout-puissant. Une vision de la préhistoire prolongée dans l’art du XIXe et du XXe siècle : la femme y est représentée apeurée, bonne pour la cueillette seulement, tandis que l’homme s’affaire à chasser le gros gibier, subvenant ainsi aux besoins du clan.

Mais aujourd’hui, la femme préhistorique sort peu à peu de sa grotte obscure ! En octobre 2020, Marylène Patou-Mathis, préhistorienne au CNRS, publiait son essai L’homme préhistorique est aussi une femme dans lequel elle déconstruisait notre imaginaire collectif selon lequel les femmes préhistoriques sont des cueilleuses passives qui attendent le retour du héros chasseur.

En ce mois de septembre, sort un autre livre, plus grand public celui-là, Lady sapiens, consacré à la véritable place de la femme au paléolithique. Trente-trois des plus grands spécialistes mondiaux (préhistoriens, anthropologues, archéologues, ethnologues, généticiens) tentent, à travers une enquête de grande ampleur, de redonner à Lady sapiens toute sa place dans l’histoire de l’humanité. Chapitre après chapitre, les idées reçues et les préjugés sont déconstruits, preuves à l’appui. On croyait la femme de la préhistoire faible et sans défense, on la découvre chasseresse, combative et puissante. On la pensait bestiale et primaire, la science révèle qu’elle maîtrisait de nombreux savoirs et prenait soin de son corps et de son apparence. On l’imaginait soumise, elle était respectée, honorée, vénérée… Ce livre de vulgarisation scientifique fait suite à un documentaire ambitieux, diffusé sur France 5, le jeudi 30 septembre 2021.